Discours de Mr Le Maire pour le 75e anniversaire de la libération de Tessy

Discours de Monsieur le maire, le 2 août 2019
Le 75e anniversaire de la libération de notre pays a été fêté comme il se doit, et le 2 août 1944, date de la libération de Tessy-sur-Vire par les troupes américaines, devait aussi être célébré.
Je vous propose un bref résumé de ce que fut cette période, en me basant sur les témoignages et notamment celui de Dario Zanello et d’autres articles de presse voire d’internet (Bertrand Lescène passionné s’il en est de cette période). Merci par avance d’en accepter les éventuelles imprécisions.
Pour tous les français, c’est donc au matin du 6juin 44 que l’espoir d’une libération prenait naissance. Chaque commune espérait une progression rapide des libérateurs. Mais, au contraire, ce fut une bataille rude et semée de revers qui les attendait. 14 jours devaient séparer la libération de Saint-Lô de elle de Tessy. (Petite parenthèse: pour mon histoire personnelle, un de mes frères est né dans la nuit du 6juin 1944, dans un fossé recouvert de fagots. Le médecin n’est venu que deux jours plus tard.)
Un rappel de ce que fut l’occupation de Tessy.
Le 17 juin 1940, l’armée allemande entrant dans la commune, les occupants logeaient le plus souvent chez l’habitant qui ne pouvait refuser. Les autorités allemandes, dont la kommandantur se situait place du marché, à la place de l’ancien cabinet vétérinaire, imposèrent de plus en plus leur loi au regard de la population civile. L’heure allemande devint de rigueur et la réquisition obligatoire ( nourriture, chevaux, métaux, etc….)
Afin d’éviter les sabotages et le terrorisme et pour remplacer les coupables non découverts certains officiers allemands demandèrent au maire de Tessy, Alcyme Lebrun, une liste d’otages. Celui-ci refusa toujours.
Déclarations, interdictions, restrictions étant le lot quotidien de la population. Cela faisait donc 4 ans que cela durait et seul l’espoir permettait aux habitants de résister.
Dès le 6 juin 1944, des groupes de 4 avions américains sillonnaient le ciel de Tessy. Les premières bombes destinées au Pont de la Vire ne firent que l’ébrécher. Les suivantes tombèrent sur les maisons proches du pont et trois personnes furent tuées. Le 27 juillet, les troupes américaines engagent le combat en direction de Tessy. Cette avancée sera stoppée par la résistance allemande. Le 29 juillet, avec un bataillon de chars, une quarantaine de lourds blindés américains venant de Villebaudon partent en direction de Tessy. C’est le début d’un dur combat. La progression des alliés est lente mais constante. Le 1er août, le général Hobbs envoie une compagnie d’infanterie vers Tessy, croyant le bourg libéré par un groupe de combat avancé. Il n’en est rien et les soldats américains se replient et se cachent dans les ruines. Finalement, ils pénètrent dans Tessy dans la soirée du 1er août avec des chars et avec des soldats du régiment d’infanterie ils réussissent à reprendre la partie Nord de Tessy. Les allemands fuient dans la nuit du 1er au 2 août en faisant sauter le pont sur la Vire. Le 2 août, Tessy est libéré après avoir été pris et repris trois fois, une partie du vieux
Tessy disparaissant à jamais. C’est donc la 30e division d’infanterie américaine du général Hobbs qui restera le libérateur de notre commune.
En 1948, le Secrétaire d’État aux Forces armées cita Tessy-sur-Vire dans les termes suivants: Tessy-sur-Vire, village qui a joué un rôle important dans la bataille de la libération. Détruit au 6/10e, a supporté ses pertes avec courage s’est remis au travail avec ardeur. Selon les historiens, la bataille de la poche de Tessy a empêché la tentative allemande de rétablir une ligne défensive au travers du Cotentin et a contribué à faciliter l’avancée des troupes américaines le long de la côte.
Voilà si vous le voulez bien et avant d’aller déposer la gerbe de la commune sur la stèle face à la pharmacie, je vais vous demander de chanter notre hymne national.